Musique : Todd Terje roule en Delorean Dynamite

Delorean Dynamite : avec un titre pareil, Todd Terje est un génie du marketing. Je connaissais pas ce type, et comme des centaines d’autres producteurs de musique électronique, j’aurais pu passer à côté de sa musique si je n’avais pas été attiré par un indice assez visible. « Delorean Dynamite ». Rythme ravageur, beat détonnant, disco hypnotisant, ce titre est un tube en puissance. L’intéressé sera en concert le 4 juillet à la Phliarmonie 2 de Paris, et c’est l’occasion de vous parler un peu de son délire, et notamment de Delorean Dynamite, qui fout un coup de pied au cul de la fourmilière de l’électro ambiante. Dans Delorean Dynamite, il y a un peu de Vitalic, un peu de Digitalism, mais il y a surtout DeLorean. Il a tapé dans le mille, Todd.

todd-terje-delorean-dynamite

Avec Todd Terje, la DMC12 est une icône

Je vous parlais récemment de l’ami David qui est ressorti du placard avec le tonitruant True Survivor. Dedans, il y a une Lamborghini Countach. Alors certes, elle n’est pas l’objet central du clip, ne figure même pas dans le titre de la chanson, mais elle nous met une claque visuelle, et c’est un peu le fil rouge du titre, le plateau dans lequel David est le plus à l’aise.

todd-terje-deloreandynamite

Et bien, avec Todd et sa Delorean, l’effet est le même, multiplié par 17. Le clip musical est assez troublant. On dirait qu’il a été filmé avec la caméra de papy dans les années 80. Pourquoi pas. C’est une sorte d’annonce de vente illustrée d’une DeLorean MC12. Comme si à l’époque, un mec, un particulier, aurait été jusqu’à tourner un film pour vendre une telle bagnole. Tous les codes esthétiques y sont : textes surimprimés de couleur jaune, cadrage approximatif, variations de zoom complètement hasardeuses, absence totale de scénario. Au final, ça donne un clip assez rigolo, avec la voix du mec qui se superpose pour nous donner les indications sur la voiture à vendre. Ca pourrait être très chiant, comme tout film de famille non-monté, mal cadré, mais c’est plutôt cool, et l’allure de l’auto est aussi débonnaire que la voix-off est monotone. Heureusement qu’il y a la musique.

La DeLorean DMC12 en 2015

Comme quelques objets de la culture pop des années 80, la Delorean MC12 est entrée a sa place sur le « wall of cool » de Top Gear. Ce n’est pas la voiture des superlatifs comme la Lamborghini Countach ou la Ferrari F40, mais c’est l’objet d’un film, Retour vers le Futur. Un film qui a bercé les quarantenaires. Des gens qui maintenant peuvent se dire « Tiens cette bagnole, elle était quand même sympa ». Non, non, ne l’essaye pas, tu vas être déçu. A l’époque, celui qui aurait avoué son achat se serait vu remettre quelques compliments : « mais t’es malade, t’as acheté une Delorean, bien fait pour toi, jamais tu la vendras ta chiotte », lui auraient gentiment confié ses amis.

todd-terje-delorean-dynamite-dmc12

Mais pour l’avoir vu de mes yeux, la Delorean MC12 dégage quelque chose d’assez incroyable. Sa carrosserie, nue, polie (très aimable aussi), est époustouflante. Très large, très basse, compacte aussi, elle a la silhouette d’une supercar, sans en avoir le coffre. Dommage. Les portes en élytre y sont également pour quelque chose, comme… comme la Lamborghini Countach?

prix-delorean-dmc12

Sans l’attirail carton-pâte du film, la Delorean MC12 continue d’attirer et créé un véritable choc visuel. Dans un clip tout aussi perché que les concerts de l’intéressé, c’est un bon moment de musique que l’on savoure. En tout cas, merci Todd de nous rafraîchir la mémoire.

Images : Todd Terje – Delorean Dynamite

Written by:

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *