Polonnaruwa : temple city

Aujourd’hui, on prend les transports en commun, direction Polonnaruwa. On quitte sans mal l’auberge précédente pour une voyage d’une heure trente. le bus est plein, il y a des étudiants, des actifs. On s’arrête dans plein d’endroits, plus ou moins longtemps. Comme d’habitude, le chauffeur conduit vite mais maîtrise parfaitement son sujet. Il y a un poinçonneur, des Lilas, et des portes toujours grandes ouvertes même quant on est à fond la caisse.
  
On change peu à peu de décor, les vastes plaines verdoyantes laissent place à de belles collines tout aussi verdoyantes. Le trajet se passe sans encombres, et un tuktuk nous dépose à notre guesthouse, Devi Tourist Home. Encore un bel endroit, à l’écart du centre-ville, verdoyant… Et tenanciers hyper accueillants.
Tellement accueillants que le patron va nous véhiculer jusqu’aux sites culturels. Un superbe van Toyota climatisé. Polonnaruwa mérite le détour, et propose une densité incroyable de temples, mais des bouddha en moins bon état de conservation que précédemment. On s’attarde sur le Palais Royal notamment, et on complète avec une maquette dans le musée à proximité qui permet de mieux cerner le bâtiment. Autre élément intéressant, la stèle de Velaikarra, une dalle du XIIème siècle ornée d’inscriptions. Un morceau de papier de 25 tonnes.
Quelques heures de visites après, notre guide du jour nous amène dans une fabrique de statuettes. Il nous dit vingt fois que l’on peut prendre des photos. Un démonstrateur nous fait le show et nous prouve que les couleurs de ses statuettes sont naturelles. Après moultes réflexions, j’achète une bouteille d’eau. Puis vient l’heure de déjeuner. Là encore notre guide nous propose de prendre le repas chez un de ses potes. Finalement on parvient à déjeuner ailleurs, au Prigamali Gedara Farmer Lunch. Un havre de paix planqué comme il faut. Mais une fois arrivé, on déjeune face à la rizière, de délicieux plats locaux, et une bière Lion Lager. Et pour pas cher. Seul point négatif, il y a trois bières au Sri Lanka, on n’a pas trouvé les deux autres.

  
Une pause au parc se terminera par un combat avec un feroce singe. L’animal en veut à mes affaires. Tel un enfant en bas âge, il touche à tout sans savoir à quoi ça sert. L’arrivée opportune d’un vendeur de souvenirs met un terme à cette altercation et le singe repart dans son arbre. On calme les esprits en se baladant le long du grand lac. Marche très agréable avec en arrière-plan une chaîne de montagnes. Au hasard de notre chemin, on croise un groupe d’écoliers en vadrouille. Costumés, robes pour les filles, cravates pour les mecs. On descend dans une rue et puis on cherche un tuktuk car on est paumés. Fin de journée, retour au bercail.

  
Toujours pour étancher notre soif de découvertes, nous commandons des bières, encore une fois des Lion Lager. Pas de chance. On s’en remet à notre instinct en se goinfrant de noodles. Pas de chance. Un anglais vivant en Inde se joint à nous. Fort sympathique, il rejoint également Passikhuda le lendemain. L’occasion d’un nouveau trajet en bus, blindé. Ce qui nous attend ensuite, c’est tout l’inverse. On arrive sur la côte est du pays, pour 2 jours de farniente. Pause. Prochains posts, on part faire de la vraie grimpette, visiter des plantations de thé…

  

Written by:

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *