Galle, la ville deux-en-un

L’intermodalité fonctionne à donf. Dernière matinée à Weligama, je tente une première approche du surf. Jamais monté sur une planche sur l’eau. En fin de matinée, j’arrive finalement à tenir debout sur une vague plus longtemps que 10 secondes. C’était rigolo. Prochain spot, Le bus public de sport nous emmène à Galle, en remontant la côte du sud à l’ouest. Le chauffeur conduit comme une brute, c’est lui le king de la route. De toute façon, c’est le plus gros qui passe. Et en ville, c’est no limit. Ca passe, ou ça passe. C’est passé. Une idée de défi pour Clarkson et ses potes qui viennent de signer chez Amazon?
L’arrivée à Galle est trépidante. On est de retour dans une grande ville. On loupe la descente du bus car on est trop lents. Il faut descendre pendant que le bus roule. La guesthouse qui nous accueille est top. 2 roof top desquels on ne distingue que des palmiers et d’autres rooftops. L’auberge est tenue par un anglais très sympa. On tombe pile pendant une grande fête locale + une full moon. Il y a de l’animation en ville et sur les plages. Petit changement de programme de dernière minute, on va rester ici jusqu’à la dernière seconde.

  
Galle dispose de deux villes. La ville « Fort » construite par les hollandais, abrite de très beaux monuments de style colonial, et des boutiques plutôt chics. On y croise beaucoup de touristes, ce qui était rare jusqu’à présent. Et pas mal de Sri Lankais friqués. Ca n’enlève en rien au charme de cette forteresse qui n’est pas sans rappeler les constructions de Vauban qui bordent le littoral français. On poursuit la visite dans la ville nouvelle, une petite ville classique du Sri Lanka, avec moins de touristes. Et on retrouve des produits équivalents, trois fois moins cher. La soirée se termine sur un bar de plage à côté de notre guesthouse, qui rassemble pas mal de backpakers.

  
  
Ce matin, on est à Jungle Beach. Une petite crique avec un bar de plage et une vue sur Galle. L’endroit est bien planqué, le tuktuk qui nous y dépose use de sa dextérité pour nous y accompagner. Par contre, c’est blindé de touristes, à l’échelle Sri Lankaise. Il y a donc des transats de libre. Demain, on reprend la route direction Negombo. See Ya !

  
  

Written by:

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *